L’Achéron

L'Achéron

Dans la mythologie grecque, l’Achéron est le fleuve que traverse Orphée pour secourir Eurydice des Enfers. Comme son nom l’inspire, L’Achéron veut ouvrir une voie entre deux mondes apparemment opposés : celui des vivants et des défunts, le passé et le présent, l’idéal et la réalité.

Fondé en 2009 par François Joubert-Caillet, L’Achéron est constitué d’une jeune génération de musiciens aux origines variées ayant été formés dans les plus grandes écoles de
musique ancienne comme le Conservatoire Royal de Bruxelles. Ses musiciens ont pour certains d’autres facettes artistiques. Du théâtre à la facture d’instrument, l’éventail
des passions se croisent dans l’ensemble.

L’Achéron désire renforcer les liens entre les musiciens et le public en rendant les musiques anciennes accessibles sans les dénaturer, mais au contraire en se plongeant profondément dans l’instrumentarium coloré et les pratiques musicales multiples de la Renaissance et du Baroque. Tentant de peindre avec la palette la plus riche ces musiques si vivantes, la traversée que L’Achéron propose est à la fois temporelle et sensible, les saveurs d’autres temps y sont intensément cultivées.

La formation première de L’Achéron est le consort de violes de gambe : depuis 2013, le luthier Arnaud Giral accompagne l’ensemble en construisant un consort typiquement anglais. Cinq instruments ont d’ores et déjà vu le jour, donnant à ce consort une homogénéité, une profondeur et une richesse harmonique uniques. L’orchestre de L’Achéron se développe
également, ouvrant ainsi la démarche de l’ensemble à d’autres répertoires, tout en gardant son identité « chambriste ».