Public-abbatiale ©Sebastien-Laval

Plus de 45 ans de Festival...

Il y a plus de 45 ans, Saintes vivait une double renaissance : celle de l’Abbaye aux Dames et celle de la musique ancienne avec le festival de musique. Une nouvelle génération de musiciens émergeait (Philippe Herreweghe, …) et avec elle un nouvel état d’esprit : une liberté de ton, de création, une programmation originale, une convivialité inédite des relations avec le public.
Le Festival de Saintes a fait vivre et fructifier ses singularités. Elles sont aujourd’hui une véritable marque de fabrique.
Hors la démesure, en intimité, quelques 30 concerts, des conférences, des ateliers, des répétitions, il y a 9 jours et mille façons de goûter le festival.

2017

Festival de Saintes 2017Le Festival de Saintes a une dévotion pour la musique de Johann Sebastian Bach.
L’édition 2017 n’y fera pas exception et rendra hommage au Kantor, par la grâce de Vox Luminis, Gli Angeli ou Benjamin Alard.
Mais cette année sera également marquée par la présence de ses quasi contemporains Vivaldi, Haendel et Telemann, compositeurs assez peu joués au festival.
Vous reconnaîtrez sûrement certains des protagonistes 2017.
Vous allez en rencontrer beaucoup d’autres, certains très jeunes, d’autres à la carrière musicale déjà très établie.
Le festival ne se limite pas aux concerts de l’abbaye : concerts de 16 h 30 dans les lieux atypiques de la région, conférences, répétitions publiques. Vous pouvez aussi proposer de nombreuses activités à vos enfants : accompagnez-les à leur premier concert, inscrivez-les en stage de chant pour une semaine ou faites-les tout simplement participer au blog du festival.
À peine franchi le porche de l’Abbaye aux Dames, la bien nommée cité musicale, vous serez, je l’espère, conquis par cette 46e édition, mosaïque d’intenses moments musicaux.

Stephan Maciejewski, directeur artistique

2016

Festival de Saintes 2016

L’édition 2016 du Festival de Saintes se place sous le signe des retrouvailles : Véronique Gens n’était pas revenue à Saintes depuis les Leçons de Ténèbres données il y a plus de vingt ans avec Christophe Rousset.
L’Ensemble Mala Punica champion de l’Ars Subtilior partout dans le monde revient avec un programme à la signification très actuelle.
Retour d’un chef-d’oeuvre : les Vêpres de Monteverdi n’ont pas été jouées depuis 30 ans au festival. C’est la Tempête, jeune ensemble mais néanmoins déjà très remarqué, sous la direction de Simon-Pierre Bestion, qui aura l’honneur d’interpréter ce chef-d’œuvre. Françoise Rivalland, Marc Minkowski, l’ensemble Intercontemporain ou Graindelavoix seront aussi de retour pour cette édition.
De jeunes interprètes et de jeunes ensembles comme Jean-Luc Ho, Camille Thomas, L’Achéron, l’ensemble Masques ou les Cyclopes viendront, eux, se produire à Saintes pour la première fois. Après une courte absence de deux ans, la Cappella Mediterranea, sous la direction de Leonardo García Alarcón nous donnera un pasticcio d’airs de Cavalli.
Mais Saintes, ce sont également des artistes en résidence avec Vox Luminis qui donnera King Arthur de Purcell (une première au festival), Nevermind, le JOA dans la Symphonie Fantastique de Berlioz, l’Orchestre des Champs-Élysées sous la direction de Philippe Herreweghe, last but not least…

Stephan Maciejewski, directeur artistique

2015

Festival de Saintes 2015Parce que Saintes a toujours été le lieu idéal pour faire des découvertes ou tenter des aventures, les artistes invités cette année vont convoquer des compositeurs qui ne nous sont pas forcément familiers ici.

Qu’on en juge plutôt :
Borodine avec le clarinettiste Raphaël Sévère, Erik Satie et John Cage chez Alexeï Lubimov, Fux avec Vox Luminis, la merveilleuse Petite Messe de Rossini de l’ensemble Aedes, et pour finir les premiers Wagner et Strauss de Philippe Herreweghe.
Nous accueillerons le premier concerto de Maude Gratton, les transcriptions du violon ou du luth de Jean Rondeau et de jeunes ensembles qui foulent pour la première fois le sol de l’abbaye (Cambini, Gli Angeli, La Main Harmonique, Faenza…).
Enfin, vous ne manquerez pas la fabuleuse restitution musicale des fastes du mariage de Louis XIV que donne Sébastien Daucé, dont l’ensemble résida à Saintes avant de devenir Correspondances.

Stephan Maciejewski
Directeur artistique

2014

Festival de Saintes 2014La musique vocale retrouve cette année à Saintes une place prépondérante. De Caelis fait un grand saut spatio-temporel, entre Hildegard von Bingen et Zad Moultaka. Des derniers feux de la renaissance espagnole avec Huelgas, jusqu’aux mélodies françaises de la Grande Guerre chantées par Isabelle Druet. Toutes les époques et formes seront représentées.
Céline Scheen chante Barbara Strozzi. Leonardo García Alarcón présente enfin son Diluvio à Saintes. On retrouve Hervé Niquet dans Couperin, ou un pasticciod’opéras de Rameau enlevé par les Folies Françoises.

De nombreuses découvertes viendront aussi bousculer votre été festivalier :

  • le Janácek vibrant de poésie du Collegium Vocale,
  • le bouillant Scarlatti de la révélation Jean Rondeau,
  • Bach au piano sous les doigts d’Alexandre Tharaud et de Jean-François Heisser,
  • la grâce de la toute jeune Beatrice Rana,
  • Nina Simone revue et apprivoisée par Sonia Wieder-Atherton.

Stephan Maciejewski
Directeur artistique

Aussi à l'Abbaye