Festival de Saintes 2019

Plus de 45 ans de Festival...

Il y a plus de 45 ans, Saintes vivait une double renaissance : celle de l’Abbaye aux Dames et celle de la musique ancienne avec le festival de musique. Une nouvelle génération de musiciens émergeait (Philippe Herreweghe, …) et avec elle un nouvel état d’esprit : une liberté de ton, de création, une programmation originale, une convivialité inédite des relations avec le public.
Le Festival de Saintes a fait vivre et fructifier ses singularités. Elles sont aujourd’hui une véritable marque de fabrique.
Hors la démesure, en intimité, quelques 30 concerts, des conférences, des ateliers, des répétitions, il y a 9 jours et mille façons de goûter le festival.

2020

Parce que la musique nous lie et nous fait vivre, le Festival de Saintes crée le LABO 2020.
Pour faire face à la crise sanitaire Covid 19, le Festival de Saintes se réinvente.
Du 18 au 25 juillet prochains, 9 expériences inédites de concerts seront proposées dans LE LABO 2020 du Festival de Saintes. Ce format spécial et inédit marque l’engagement des équipes de l’Abbaye pour faire vivre la musique quel que soit le contexte. Ici, on imagine, on explore, on expérimente
entre instruments anciens et outils du numérique !
En formation très resserrée ou en ensemble plus élaboré, les musiciens physiquement présents à Saintes joueront dans l’abbatiale.
Différents moyens de diffusion seront exploités pour partager la musique avec des publics très variés : avec un casque en son binaural dans un transat, sur grand écran dans les jardins de l’Abbaye, dans le cadre de retransmissions en EHPAD, à la télévision et la radio, sur les réseaux sociaux, hors les murs de l’Abbaye dans les villages alentour…
Les concerts donnés à l’Abbaye feront l’objet d’une captation son et vidéo avec mise en scène et making off.
De son histoire plus que millénaire, l’Abbaye aux Dames a toujours su découvrir les chemins de la renaissance et de la beauté. L’esprit d’innovation et la recherche d’excellence ont animé les équipes dans la conception de ce programme.
Solidarité avec les musiciens, complicité avec les publics d’ici et d’ailleurs, la musique nous lie et nous fait vivre.

2019

festival 2019

Que vous soyez un mélomane averti ou un néophyte, et si cela n’est déjà fait, vous viendrez un jour à Saintes.
Et venir à Saintes, c’est entrer en musique avec des chefs-d’oeuvre universels tels que la musique symphonique de Mozart, Haydn, Dvoàk et Brahms, les motets de Bach, la Jeune fille et la Mort de Schubert et bien d’autres.
Mais c’est aussi s’ouvrir à la création. Le festival a toujours eu à cœur de rechercher et produire des œuvres rares ou inconnues.
Certes, Philippe Hersant nous gratifiera d’un nouvel opus, mais il y a tant et tant à chercher dans cinq siècles de musique dite savante.
J’en prendrai pour exemples le concert de l’Achéron qui improvisera sur des pièces célèbres en leur temps, le seul livre de madrigaux
de Kapsberger, les constructions inouïes de Graindelavoix et de Solazzo Ensemble (qui va bouleverser votre écoute de la musique médiévale) et enfin, ou plutôt en concert d’ouverture, Hervé Niquet dirigeant à 360°, public au centre, des merveilles d’Orazio Benevolo, après en avoir réalisé un enregistrement qui a stupéfié public et critique.
Tous les chemins mènent à l’abbaye, routes connues et balisées ou chemins de traverse, à vous de choisir.

Stephan Maciejewski, directeur artistique

2018

Visuel Festival de Saintes 2018 ©Léa Parvéry

Toujours dédié à la musique de Bach, le Festival de Saintes traversera cette année la Manche pour donner voix aux ensembles ou compositeurs britanniques.
Vous découvrirez le sombre XVIIe siècle anglais avec l’incomparable Lucile Richardot et l’ensemble Correspondances, les cantates de jeunesse et les incontournables Water Music de Haendel, un bouquet de mélodies anglaises offert par Carolyn Sampson et l’exceptionnel VOCES8 dans un programme surprenant !
La voix est plus que jamais présente cette année : Lea Desandre, Deborah Cachet, les solistes des ensembles de Gli Angeli Genève, le Banquet Céleste, Vox Luminis au service des cantates de Bach, ou encore Graindelavoix et la Maîtrise de Radio France.
Quelques surprises aussi avec un opéra inédit de Destouches, un récital nocturne consacré au piano de Philip Glass, des compositeurs inconnus contemporains de Beethoven par le JOA et Thomas Dunford accompagné de son nouvel ensemble qui ouvrira le festival avec Vivaldi.

Stephan Maciejewski, directeur artistique

2017

Festival de Saintes 2017Le Festival de Saintes a une dévotion pour la musique de Johann Sebastian Bach.
L’édition 2017 n’y fera pas exception et rendra hommage au Kantor, par la grâce de Vox Luminis, Gli Angeli ou Benjamin Alard.
Mais cette année sera également marquée par la présence de ses quasi contemporains Vivaldi, Haendel et Telemann, compositeurs assez peu joués au festival.
Vous reconnaîtrez sûrement certains des protagonistes 2017.
Vous allez en rencontrer beaucoup d’autres, certains très jeunes, d’autres à la carrière musicale déjà très établie.
Le festival ne se limite pas aux concerts de l’abbaye : concerts de 16 h 30 dans les lieux atypiques de la région, conférences, répétitions publiques. Vous pouvez aussi proposer de nombreuses activités à vos enfants : accompagnez-les à leur premier concert, inscrivez-les en stage de chant pour une semaine ou faites-les tout simplement participer au blog du festival.
À peine franchi le porche de l’Abbaye aux Dames, la bien nommée cité musicale, vous serez, je l’espère, conquis par cette 46e édition, mosaïque d’intenses moments musicaux.

Stephan Maciejewski, directeur artistique

2016

Festival de Saintes 2016

L’édition 2016 du Festival de Saintes se place sous le signe des retrouvailles : Véronique Gens n’était pas revenue à Saintes depuis les Leçons de Ténèbres données il y a plus de vingt ans avec Christophe Rousset.
L’Ensemble Mala Punica champion de l’Ars Subtilior partout dans le monde revient avec un programme à la signification très actuelle.
Retour d’un chef-d’oeuvre : les Vêpres de Monteverdi n’ont pas été jouées depuis 30 ans au festival. C’est la Tempête, jeune ensemble mais néanmoins déjà très remarqué, sous la direction de Simon-Pierre Bestion, qui aura l’honneur d’interpréter ce chef-d’œuvre. Françoise Rivalland, Marc Minkowski, l’ensemble Intercontemporain ou Graindelavoix seront aussi de retour pour cette édition.
De jeunes interprètes et de jeunes ensembles comme Jean-Luc Ho, Camille Thomas, L’Achéron, l’ensemble Masques ou les Cyclopes viendront, eux, se produire à Saintes pour la première fois. Après une courte absence de deux ans, la Cappella Mediterranea, sous la direction de Leonardo García Alarcón nous donnera un pasticcio d’airs de Cavalli.
Mais Saintes, ce sont également des artistes en résidence avec Vox Luminis qui donnera King Arthur de Purcell (une première au festival), Nevermind, le JOA dans la Symphonie Fantastique de Berlioz, l’Orchestre des Champs-Élysées sous la direction de Philippe Herreweghe, last but not least…

Stephan Maciejewski, directeur artistique

2014

Festival de Saintes 2014La musique vocale retrouve cette année à Saintes une place prépondérante. De Caelis fait un grand saut spatio-temporel, entre Hildegard von Bingen et Zad Moultaka. Des derniers feux de la renaissance espagnole avec Huelgas, jusqu’aux mélodies françaises de la Grande Guerre chantées par Isabelle Druet. Toutes les époques et formes seront représentées.
Céline Scheen chante Barbara Strozzi. Leonardo García Alarcón présente enfin son Diluvio à Saintes. On retrouve Hervé Niquet dans Couperin, ou un pasticciod’opéras de Rameau enlevé par les Folies Françoises.

De nombreuses découvertes viendront aussi bousculer votre été festivalier :

  • le Janácek vibrant de poésie du Collegium Vocale,
  • le bouillant Scarlatti de la révélation Jean Rondeau,
  • Bach au piano sous les doigts d’Alexandre Tharaud et de Jean-François Heisser,
  • la grâce de la toute jeune Beatrice Rana,
  • Nina Simone revue et apprivoisée par Sonia Wieder-Atherton.

Stephan Maciejewski
Directeur artistique

Aussi à l'Abbaye